Sélectionner une page

Je vivrai

(paroles : Eden Chouraki – musique : Ilan Chouraki)

Un pays silencieux
Des montagnes aux dents larges
Au vertige renversé
Sur la route,
Aux lacets déliés,
Les enfants tombent
Et leurs mains
Tarentules noires creusent
Mais ne trouve pas
L’eau jaunie
Des marais asséchés

Une ville agacée
Sous un ciel bien trop bas
Qu’on s’y cogne, s’y étouffe
Sur la route, entre hier et demain,
Les hommes tombent
Et leurs poings refermés
Ne jurent plus de la vie
Ils savent trop qu’elle ne bouge pas,
Plus envie

Moi, moi je vivrai,
Je vivrai malgré les batailles
Je vivrai entre les murailles
Et l’horizon obscur
Je vivrai, je vivrai

Un cœur écœuré
Parce qu’il a oublié de crever
Lâchement sur la route
Et les yeux de poussière qui s’envole
Tombent sous le vent
Qui les roule
Le regard ventouse
De l’immense solitude… les épie

Moi, moi je vivrai,
Je vivrai malgré les batailles
Je vivrai entre les murailles
Et l’horizon obscur
Je vivrai, je vivrai
Parce que c’est comme ça,
Je vivrai à ma mesure
Je vivrai, je tiendrai,
Je vivrai Je vivrai